• "La conscience de la mort est-elle le propre de l'homme ?"

    "S'il y a une spécificité de la manière proprement humaine d'exister,
    par opposition à la simple « vie » animale, elle tient peut-être à ce que nous autres hommes savons que nous allons mourir."
    PHILOSOPHIE LE MANUEL (EDITIONS ELLIPSES)

    Il existe une pulsion de mort, comme la faim et la soif, que nous ressentons lorsque notre organisme est atteint d'une maladie mortelle.
    Quand on a soif nous ressentons une impérieuse envie de boire,
    Là, le message est tout aussi clair, il nous dit :
    « Fait quelque chose ou tu vas mourir. »
    Dans ces moments là, la mort se lit dans votre regard.
    Pour avoir vu ce regard dans les yeux d'un animal qui allait
    mourir, je suis persuadé qu'ils ressentent aussi cette pulsion.

    Dans la vie de tous les jours, la mort est quelque chose d'assez abstrait et la plupart des gens vivent comme s'ils étaient immortels. Nous ne pouvons pas savoir si les animaux ont conscience qu'ils sont mortels.
    Mais rien ne nous autorise à penser qu'ils ne le savent pas.
    Comme pour les humains l'instinct de conservation accompagne leur vie.
    De leur conscience nous ne savons rien.
    Nous ne devons pas oublier à quel point ils nous demeurent étrangers.


    votre commentaire


  • Marquis de Sade
    1740-1814
    Donatien Alphonse François marquis de SADE dit "DAF" pour les intimes


    Quelques lignes sur SADE pour donner envie de mieux le connaître.
    Notons tout de suite son style et la liberté de sa pensée.
    Si choquer c'est dire des choses absolument contraires à la morale de l'époque alors SADE s'en donna à cœur joie.

    Ce qui heurta le plus, dans son œuvre littéraire, c'était que le mal, « le vice » prenne la parole et triomphe en toute impunité. On est loin des récits de l'époque dans lesquels le bien triomphait toujours. Et il était impensable qu'on puisse écrire le contraire.
    Chez SADE rien ne venait défendre l'innocence et la vertu, et au contraire il disait qu'il n'y avait rien attendre de ce côté là !
    SADE n'est pas un des « assassins » de DIEU comme KANT.
    Sa réfutation de DIEU ressemble à DIOGENE qui se lève et marche quand on lui explique que suivant la thèse de PARMENIDE le mouvement n'existe pas.
    Ses récits accréditent sa thèse de l'inexistence de DIEU. Et du fait de son inexistence, tout est possible en toute impunité. Cette amoralité choquante lui valu autant d'ennuis que sa pensée en elle même, pourtant par moment plus qu'écœurante. Voir ce qu'il écrit de l'inceste
    dans le chapitre XV de La Nouvelle Justine)


    De l'âge de trente-deux ans, date de son premier internement, à soixante-quatorze ans, âge de sa mort, Sade n'a connu que douze ans de liberté. Il a enduré toutes les formes arbitraires de la répression, les lettres de cachet de l'Ancien Régime, les emprisonnements presque toujours mortels de la Terreur, les internements despotiques du Consulat et de l'Empire.

    « Il participa d'abord activement à la Révolution (il fut commissaire puis président de la section parisienne des Piques) avant de s'opposer à ses excès, ce qui lui valut d'être à nouveau emprisonné.

    Son destin reste exemplaire non seulement à cause de la démesure dans le malheur dont il fut le chantre et la victime, mais aussi parce qu'il fut le représentant paroxystique de cette société d'Ancien Régime, héritière d'un monde moribond, qui chercha, dans le déchaînement érotique, la figure d'un pouvoir perdu. Toute l'ambiguïté du sadisme se retrouve ici : la vie de Sade fut celle d'un persécuté alors que son œuvre exalte un frénétisme tyrannique.»



    Quelques citations :


    "Dieu est absolument, pour l'homme, ce que sont les couleurs pour un aveugle de naissance. Il lui est impossible de se les figurer."

    "Il n'y a d'autre enfer pour l'homme que la bétise ou la méchanceté de ses semblables"

    "Voir pour croire c'est bien.Mais sentir c'est mieux !"

    12 commentaires
  • A la vie à la mort !!

    C'est curieux qu'il y ait d'innombrables représentations imagées de la mort.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

    Et aucune, dans notre civilisation occidentale, de ce qui nous fait passer du néant à la vie !



    8 commentaires



  • Depuis PLATON on parle «d'étonnement philosophique ».
    Mais il y a aussi et surtout, « l'écoeurement philosophique ».
    Nous avons plus de raison d'être écoeuré qu'étonné devant le monde.
    Ce qui nous y trouvons est après tout « naturel », tandis que ce que l'homme y fait...


    ADOLF ET LES AUTRES.

    « La vie est un combat qu'il nous faut gagner. »
    Adolf HITLER.

    Aurait-il dit quelque chose de bien ? Comme on le connait serait étonnant ! Finalement je ne le pense pas.

    C'est qu'il y a trois sortes de combats dans la vie.
    -contre le destin, (le hasard).
    -contre les autres.
    -contre soi même.

    Connaissant ses références, pour lui il s'agit sûrement d'un combat contre les autres.

    Je me disais aussi !!!

    Perso j'opterais pour le combat contre soi même.



    Encore deux autres citations :

    « Et nous écrirons notre destin en étoiles dans le ciel. »
    T.E. LAWRENCE alias LAWRENCE D'ARABIE
    (Sûrement en réponse au fatalisme du « c'était écrit.)

    Les hommes ont inventé le destin afin de lui attribuer les désordres de l'univers, qu'ils ont pour devoir de gouverner. [Romain Rolland]

    "Nous aurons le destin que nous auront mérité."
    Albert EINSTEIN 1879-1955

    Et aussi :

    « Alexandre "Le Grand" jugeait avec raison qu'il est plus digne d'un roi de se vaincre lui-même que de vaincre les ennemis.
    PLUTARQUE


    12 commentaires
  • Le Forum de la Rome Antique

    Ils vont nous irradier de bonheur !!!


    L'EMPIRE ET NOUS


    OU DU FORUM AUX TOURS JUMELLES
    Ce n'est pas un "juif obscur" à son époque, exécuté comme un esclave en fuite, qui a provoqué la chute de l'empire romain.
    Pas plus que comme le pense NIETZSCHE qu'il y aurait eu
    « Une régénération par les barbares », qui n'a fait qu'accentuer le phénomène de déliquescence.

    Non, ROME était déjà condamnée. Ce qui a provoqué sa chute, avant qu'elle n'ai pu se reformer suffisamment, tient en deux mots. Insatiabilité et Egoïsme.
    Ayant eu les yeux plus gros que le ventre, ROME n'a pas pu gérer un empire devenu trop grand et impossible à défendre, même après l'avoir scindé en deux.
    Pour cela il aurait fallu non seulement qu'il ne soye pas fondé sur la force et que tous les habitants de cet empire bénéficient de nos modernes droits de l'homme. Mais comme l'Europe actuelle qu'il soye fondé sur une adhésion consentie.
    L'impasse de l'esclavagisme et du mépris pour l'homme qui l'accompagne ont bloqué pendant des siècles le développement de la civilisation. C'est le poison mortel qui dormait en ROME. Il n'attendait que des circonstances favorables pour la détruire.

    En histoire des civilisation aussi il y a une « flèche du temps »
    Aussi il ne faut il pas croire que le mépris pour la vie humaine des terroristes actuels provoquera lui aussi la « chute » d'un occident jugé décadent.
    Ce n'est même pas sûr qu'ils puissent nous ramener tous à leur moyen age.
    Ils n'ont pas le sens de l'histoire avec eux.
    Et même s'ils y parvenaient, il y aurait une nouvelle renaissance.
    Les civilisations naissent, vivent et meurent.
    Mais l'humanité elle ne retournera jamais vers la barbarie absolue et généralisée qu'ils veulent nous imposer.
    A moins de la détruire complètement à coup de bombes nucléaires.
    C'est cette peur qu'il puisse en avoir une qui empêche qu'on attrape BEN LADEN ?

    La bêtise se surpassant toujours, je me demande qui va pouvoir faire mieux dans le genre que les attentats Kamikazes actuels et les objectifs qu'ils poursuivent ?




     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique